Les routes romaines aménagées par des esclaves

     

  • Toutes les routes romaines ont été aménagées par des esclaves
    Mai 76aH*/ 2022

  • Maitreya Raël a commenté une publication à propos des routes romaines. Avec l’image d’illustration ci-dessous, vient ce texte : « À l’apogée du développement de Rome, pas moins de 29 grandes routes militaires rayonnaient depuis la capitale, et les 113 provinces de l’Empire défunt étaient reliées entre elles par 372 grandes routes. L’ensemble représentait plus de 400,000 kilomètres de routes, dont plus de 80,500 kilomètres étaient pavées ».
    Voici le commentaire de Maitreya Raël à ce sujet :

    Toutes ces routes ont été aménagées par des esclaves. À l’apogée de l’empire romain, la population de Rome était composée à 70% d’esclaves. »
        – Maitreya Raël – 16 mai 76aH*/ 2022


     

    Esclaves romains antiques : une vie de servitude…

    Maitreya Raël a de plus rajouté un lien ver un article de Historyonthenet.com (traduit automatiquement ICI) où il est expliqué que les esclaves de la Rome antique ont constitué l’épine dorsale de l’économie de l’empire jusqu’à sa fin, mais que leur vie personnelle était tout sauf glamour.

    L’esclave privilégié d’un riche patricien pouvait vivre dans un confort relatif, tandis qu’un esclave ouvrier moins chanceux pouvait être littéralement se tuer au travail.

    Les esclaves de la Rome antique étaient généralement des prisonniers capturés à la guerre, mais certains étaient des personnes qui avaient été enlevées en Italie. Ces esclaves étaient vendus sur un marché aux esclaves. Ils étaient exposés, nus, avec une pancarte autour du cou. Quiconque avait assez d’argent pouvait les acheter. Une fois vendus, ils étaient une possession de leur nouveau propriétaire et devaient travailler gratuitement. Parfois, un homme riche pouvait avoir jusqu’à 400 esclaves.

  •  

  • Lire aussi :

      Réparations pour les descendants d’esclaves
    1.  


    2. 76aH* : Le 6 août, date anniversaire de l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima marque l’entrée de l’Humanité dans une période charnière. C’est aussi le début du calendrier raélien : depuis le 6 août 2021, nous sommes en 76aH, 76 après Hiroshima.   (Lire plus à ce sujet)

Vous aimerez aussi...