les commentaires sont désactivés pour cet article

solidaritéLe délit de solidarité envers les migrants

 

Le délit de solidarité envers les migrants mis à l’index par le Conseil Constitutionnel

  • Une loi a été créée en France qualifiant de « délit de solidarité » des actes guidés par la compassion prodigués par des personnes qui ont hébergé des migrants entrés sur le territoire français. Etant poursuivis en justice, ces personnes ont saisi le Conseil constitutionnel qui a rendu une décision rappelant des principes humanistes fondamentaux. Dans le cadre d’une aide désintéressée, l’autorité constitutionnelle donne en effet au principe de fraternité une valeur constitutionnelle.
     


    Si le président de la République, E Macron aime donner des leçons, l’expression « balayer devant sa porte » trouve tout son sens avec cette décision du 6 juillet 2018 (consulter les QPC 2018-717/718 ).

    Emmanuel Macron ne s’est pourtant pas gêné encore récemment de pointer du doigt des pays qui refusent d’accueillir les migrants. Le Conseil constitutionnel vient donc rappeler à l’ordre ses dirigeants qui oublient bien souvent leur propre devise « Liberté , égalité, fraternité » ( principe de fraternité )

    Dans le déni le plus total de ses obligations humanitaires, la France affiche son refus d’accueillir les personnes qui fuient leur pays jusqu’à mettre au banc des accusés des français animés de ce sentiment de fraternité en aidant ces personnes. Mais il y a longtemps que les observateurs ne se font pas d’illusion sur ce pays se targuant d’être « patrie des droits de l’homme ».

     

    Des valeurs en accord avec notre temps


    Dans ce contexte et plus que jamais, il est urgent de se réveiller pour construire un monde plus juste et plus solidaire, respectant les droits universels de libre circulation et de vie décente.

    Nous disposons aujourd’hui des moyens économiques, scientifiques et technologiques pour ouvrir la voie à une redistribution des richesses à l’échelle planétaire afin que chaque être humain puisse vivre décemment. Maitreya Raël dans « la géniocratie » enseigne :
    « L’humanité peut être comparée à un corps humain dont chaque cellule est un individu ».

    Imaginons un peu ce qui se passerait si quelques cellules de notre corps emmagasinaient la presque totalités des ressources… adieu l’homéostasie et bonjour le déséquilibre, la maladie et la mort ! N’est-ce pas ce qui se passe à l’échelle de notre humanité aujourd’hui ?

    La présence de frontières, renforcées aujourd’hui sous prétexte de sécurité, de protection de l’ordre public, est un non-sens. Lorsque nous regardons la Terre vue du ciel, où sont les frontières ? Où sont les séparations ? Les frontières et nationalités ne sont qu’illusions pour des gouvernants avides de pouvoir et contraires à l’harmonie de l’ensemble de notre humanité dont la richesse est justement la complémentarité de toutes les différences nécessaires à son équilibre et son épanouissement.

    « Redonner à notre humanité sa véritable dimension commence par un changement individuel avec notamment l’application de valeurs universelles mettant au premier plan la liberté et la responsabilité, le respect, la fraternité et la non-violence : les valeurs raéliennes » 

  •  

  • Lire aussi :

      Un monde de Paix et de Bonheur

     

  • (72aH*) : Le 6 août est la date anniversaire de l’explosion de la bombe atomique sur Hiroshima. Cette date marque l’entrée de l’Humanité dans l’âge de la révélation. C’est par ailleurs le début du calendrier raélien. Ainsi, depuis le 6 août 2017, nous sommes en 72aH, 72 après Hiroshima. Consultez les raéliens pour plus de détails à ce sujet.
     

     

  • Les commentaires sont fermés.