valeurs raéliennes

    « Quand je me change moi même, je change le monde »… Maitraya Raël

  • Les valeurs raéliennes forment un tout indissociable et se situent à plusieurs niveaux : l’individu, la relation à l’autre, la société. Toutes ces valeurs universelles de liberté, de respect et de fraternité, de non violence contribuent à l’épanouissement de l’être humain. Et engage chaque individu à se sentir pleinement responsable de ses actes. L’application de ces valeurs sera la clé de voûte pour la survie de l’Humanité et l’émergence d’une nouvelle société.
  • - Rael

  • La responsabilisation

    Tout être humain est responsable de ses actes. Même s’il ne fait qu’obéir aux ordres donnés, sous quelque forme que ce soit.

    « N’obéissez à aucun ordre quel qu’il soit et quelle que soit la personne qui l’a émis, si cet ordre est contraire à votre conscience. » RAËL

  • Le respect absolu de la vie

    C’est une des valeurs raéliennes fondamentales. Même si un pouvoir quelconque nous faisait croire qu’en exécutant un seul homme, on pourrait sauver l’Humanité toute entière, il ne faudrait pas tuer l’homme en question. La vie d’un seul homme non-violent est plus précieuse que l’Humanité toute entière. En effet, la mise à mort d’un seul être non-violent contient les germes d’autres morts qui suivront.

  • Le respect de soi

    Ce respect de soi se base sur une vie saine en harmonie avec la nature, la pratique de la méditation, de la relaxation et le choix d’une bonne hygiène alimentaire.
    Drogues, tabac, alcool sont à proscrire. Ces substances détruisent en fait notre code génétique et elles engendrent des tares transmises aux générations à venir.

  • L’amour de soi

    Le sentiment de culpabilité et les peurs amènent notre corps à sécréter des substances toxiques qui nuisent à notre santé. L’amour de soi passe par la conscience de ces états, l’acceptation de soi. Et surtout par la décision de choisir le bonheur (plutôt que le stress).

  • Le respect des autres

    La tolérance n’est pas suffisante car tolérer c’est accepter les différences sans enthousiasme. Au contraire, l’amour des différences, c’est encourager les autres à être différents de nous et à vivre pleinement leurs différences, qu’elles soient ethniques, culturelles, religieuses ou bien sexuelles.

  • Le partage

    Tout homme a le droit durant toute sa vie, à avoir de quoi manger, un endroit pour dormir, de quoi se vêtir décemment et à recevoir une éducation, même s’il ne travaille pas ; pourtant celui qui travaille a aussi le droit d’avoir le luxe, moteur indispensable au progrès de l’Humanité. Le luxe obtenu sera donc proportionnel au travail fourni et aux progrès qu’il aura fait accomplir à la société.

  • La démocratie

    La démocratie est en effet la seule voie possible pour une acceptation par tous de tout système politique d’un gouvernement ou d’un pays.

  • La non-violence

    Les menaces de violence doivent être punies aussi sévèrement que la violence elle-même, car elles sous-entendent que l’individu qui les profère admet que son point de vue puisse triompher par la violence.

    « (…) Rien ne justifie la violence, même la liberté… La violence ne résout rien, jamais… La seule logique acceptable pour l’être humain est celle de l’amour, de l’humilité et de la non-violence. » RAËL

  • La paix mondiale

    La création d’un gouvernement mondial soutenue par une armée mondiale de « Gardiens de la Paix » pour toute la planète permettrait de supprimer les armées nationales et de consacrer leurs budgets militaires à la lutte contre la faim dans le monde.

  •