les commentaires sont désactivés pour cet article

retour au calendrier Aymara souhaité par Evo morales en BolivieEvo Morales souhaite un retour au calendrier Aymara

Maitreya Raël a partagé un article où Evo Morales souhaite remplacer le calendrier Grégorien par le calendrier Aymara en Bolivie.

  • Un article de lapresse.ca relate une célébration en Bolivie en date du 21 Juin marquant le début de l’année 5524 du calendrier Aymara. Son président Evo Morales, lui-même issue de l’ethnie Aymara a critiqué le calendrier grégorien à l’occasion de la cérémonie qui a eu lieu au palais présidentiel. Evo Morales a proposé de remplacer le calendrier grégorien par celui de ce peuple autochtone, comprenant 13 mois de 28 jours.
    Maitreya Raël a ainsi son accord avec le contenu de cet article: « Il a tout à fait raison! »

  • Evo Morales a précisé que le calendrier grégorien, utilisé en Bolivie comme dans le reste du monde, est pour lui « très désordonné », car il contient des mois de 28, 29, 30 ou 31 jours alors que le calendrier autochtone contient 13 mois de 28 jours, ce qui fait un total de 364, auquel s’ajoute un jour « zéro » qui est justement le 21 juin.

  • « Certains chercheurs estiment que tout peuple ou société qui veut tenir en mains son histoire doit comprendre la dynamique du temps ». C’est pour cela que Evo Morales souhaite le retour aux calendriers ancestraux, dans le cadre du processus de reconstruction de l’identité et de la force de son pays.

  • Il y plus de 10 ans, Maitreya Raël a créé l’association ICACCI (« International Committee Against Christian Calendar Imperialism » en français: « Comité International Contre l’impérialisme du Calendrier Chrétien ») dont le but est de proposer un choix de calendrier international impartial pour toutes les nations de la terre – et non plus le calendrier chrétien que l’on peut considérer comme irrespectueux pour toutes les autres religions du monde.

  • Voir la source –>

Les commentaires sont fermés.

Lire les articles précédents :
brexit
Les Bourses mondiales ont dépassé le choc du Brexit.

Les turbulences sur les marchés financiers mondiaux auront duré moins d'une semaine et les marchés sont orientés à la hausse...

Fermer